Le Monde de Harry Stork

 

Un spectacle d'une heure, en trois parties.

Trois fois le même point de départ : un homme se prépare à prendre son petit déjeuner.

Trois histoires différentes, mais trois histoires inséparables…

Trois metteurs en scène mais un seul personnage :

Harry Stork, l'Homme en Costume.

Avec
Alan Fairbairn
Mise en scène :
Catherine Baÿ, Markus KupferblumCraig Weston

Le processus

Un spectacle d'une heure en trois parties.
Trois histoires différentes mais trois histoires inséparables.
Trois metteurs en scène mais un seul personnage : Harry Stork, l'Homme en costume…

Cette comédie absurde pour personnage excentrique, une table de petit déjeuner et plusieurs œufs, est le troisième spectacle en solo d'Alan Fairbairn mettant en scène Harry Stork, après the Elasticated Man et No Joseph.

Chaque tableau de la trilogie a été travaillé avec un metteur en scène différent et créé à partir d'une combinaison d'écritures et d'improvisations.

La situation de départ est la même : un homme confronté à son petit déjeuner.

Les trois parties trouvent leur propre histoire et, par alchimie, les connections se font et révèlent par elles-mêmes trois atmosphères différentes.

Le Monde de Harry Stork est avant tout une performance clownesque avec quelques accents tragiques.

L'action se déroule dans un décor simple et ludique. C'est un spectacle visuel dans lequel la parole est urgence.

Notre intention est de faire un théâtre comique flirtant avec l'absurde, sans perdre de vue les dilemmes humains… mais avant tout, de faire rire…

Le Spectacle

Un homme assis derrière une table.

L'homme se tient droit. La table, elle, est curieusement penchée.

L'homme est habillé de façon sobre et a sur la tête un grotesque chapeau pointu, rouge.

Il attend. Il semble que la livraison soit retardée. Le room-service serait-il en grève ?

Dans le monde de Harry Stork, il n'y a pas grande chose, que ce soit sur scène ou pour le petit-déjeuner. Non, en effet, juste un œuf.

Harry veut manger cet œuf. Rien de plus facile. Il a même préparé une chanson pour l'occasion. Il peut donc passer à autre chose.

Mais il semble que son petit-déjeuner lui échappe et que les œufs prennent le contrôle. Ils taquinent et se jouent de Harry ; apparaissent, disparaissent, se multiplient ou changent de taille.

Ses tentatives pour les manger l'entraînent dans un dédale de confusion et d'incompréhension, jusqu'à atteindre l'état de grâce.

Dans chacune des trois parties, le point de départ est le même, mais chacune a sa propre dynamique et ses difficultés particulières.

Peut-être la situation n'est-elle pas si simple. En effet, Harry n'est pas maître de sa destinée. Il semble que des forces mystérieuses jouent avec lui, l'empêchant même de manger un œuf, sans que l'on sache d'où elles viennent.

Le décor est-il l'appartement d'Harry, un laboratoire pour des expériences anthropologiques ou plus simplement le reflet de son état psychique ?